FLASH INFOS :
Projet MIDH/OMCT : Séminaires d’approfondissement des connaissances des députés et des avocats ivoiriens sur la prévention et la protection contre la torture, les 18, 19 et 20 juillet 2017 puis 25, 26 et 27 juillet 2017. ::. Vulgarisation de l'assistance judiciaire : Facebook live le mardi 11 juillet 2017 à 10h00 GMT (heure d'Abidjan). RDV sur facebook (@midhciv) ::. Projet "Amélioration de l'accès à la justice et vulgarisation de l'assistance judiciaire" : le MIDH organise ses journées portes ouvertes dans les tribunaux de Bouaké, Korhogo et Boundiali respectivement les 17, 21 et 27 juillet 2017 ::.

PUBLICATIONS

Elections couplées du 21 avril 2013: Appal au respect des règles du jeux électoral

Mardi 20 mai 2013 - par BEN

 

Elections couplées du 21 avril 2013

Vendredi 19 avril 2013 - par MIDH

 

Côte d’Ivoire – Élections locales : les acteurs politiques et électoraux doivent observer strictement et scrupuleusement les règles du jeu électoral et faire preuve de tolérance et d’esprit citoyen.

 

Abidjan, le 17 Avril 2013 – Depuis le 05 Avril 2013 a été ouverte la campagne électorale pour les élections locales couplées municipales et régionales prévues pour le 21 Avril 2013.

 

Confrontée à l’épreuve de la réalité, cette campagne se déroule, dans certaines localités, sous une forte tension entre les candidats d’une part et leurs partisans d’autre part. Les invectives nourries, les propos teintés de haines et de ressentiments, des appels à la violence verbale et physique, la discourtoisie électorale, le manque d’élégance sont autant d’ingrédients qui font peser dangereusement sur la paix sociale le péril de spectre des violences électorales de sortie de crise de 2010. 

 

C’est dans ce contexte que le MIDH lance une alerte préventive à l’ensemble des acteurs électoraux.

 « Le MIDH est soucieuse de la préservation de la paix sociale en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi nous sommes préoccupés par la tournure que prend la campagne électorale dans certaines localités. Les ivoiriens doivent se rappeler que notre pays a vécu une grave crise postélectorale en 2010 et 2011 dont les effets sont encore perceptibles. Une autre crise sera extrêmement préjudiciable à la cohésion nationale et pourrait entrainer la Côte d’Ivoire dans un abîme inimaginable » a déclaré Me TRAORE Drissa, Président du MIDH.

 

« L’élection est un moment de choix serein des populations qui met chaque citoyen en face de sa responsabilité et de sa seule conscience. Les postulants à des postes électifs doivent faire preuve d’un esprit citoyen et respecter les règles du jeu démocratique », a-t-il ajouté.

 

Quant à Me DOUMBIA Yacouba, 1er vice président du MIDH, il a indiqué que « le MIDH condamne l’ensemble des violences observées pendant cette campagne électorale et appelle au calme, à la sérénité et au respect des valeurs démocratiques. Les acteurs politiques ne sont pas exemptés du respect des lois de la république. Ils doivent par voix de conséquence mettre avant toute chose l’intérêt supérieur de la nation et poser des actes allant dans le sens du renforcement de la cohésion nationale. Toute personne mettant ou qui tenterait de mettre en péril la paix sociale doit subir la rigueur de la loi. La justice doit impérativement y veiller».

 

Pour terminer Me DOUMBIA Yacouba a lancé cet appel aux candidats, à l’administration électorale et aux électeurs : « Nous invitons l’ensemble des électeurs à se rendre massivement et sereinement aux urnes le 21 Avril 2013, dans la joie et la discipline. Quant aux candidats, ils doivent comprendre qu’une élection se gagne ou se perd. Nous les invitons donc à reconnaître avec fairplay le résultat des urnes, le cas échéant à les contester par les voies du contentieux prévu par la loi électorale. La CEI y a un grand rôle à jouer par son impartialité et son professionnalisme »

 

Rappelons que voter est un acte citoyen d’une grande portée auquel tout ivoirien ayant la capacité électorale ne doit pas se soustraire. Du choix du candidat compétent dépend de la qualité de la vie des populations. Cet acte doit se faire avec une grande hauteur d’esprit loin de toute forme de complaisance. C’est le moment ou le peuple exerce véritablement sa souveraineté et apprécie  le bilan des personnes à qui il a délégué son pouvoir. La construction d’État démocratique et émergent requiert in fine la participation de tous au choix éclairé des dirigeants.

 
| Taille : 4 Ko