FLASH INFOS :
Projet MIDH/OMCT : Séminaires d’approfondissement des connaissances des députés et des avocats ivoiriens sur la prévention et la protection contre la torture, les 18, 19 et 20 juillet 2017 puis 25, 26 et 27 juillet 2017. ::. Vulgarisation de l'assistance judiciaire : Facebook live le mardi 11 juillet 2017 à 10h00 GMT (heure d'Abidjan). RDV sur facebook (@midhciv) ::. Projet "Amélioration de l'accès à la justice et vulgarisation de l'assistance judiciaire" : le MIDH organise ses journées portes ouvertes dans les tribunaux de Bouaké, Korhogo et Boundiali respectivement les 17, 21 et 27 juillet 2017 ::.

Actualités

Droits de l'homme: conditions de détention.

Mardi 24 mai 2016 - par ALG

Condition de détentions des prisonniers:

La section MIDH / Bouaké soulage les pensionnaires de la prison de Bouaké.

 

Le samedi 21 Mai 2016, la section MIDH/Bouaké a fait don de produits d'hygiène (savon) aux détenus de la maison d'arrêt de Bouaké.

 

Offrir des conditions de détention s'harmonisant avec les normes internationales a été longtemps une priorité du Mouvement Ivoirien des Droits Humains. Pour rappel, le MIDH a, avec ses partenaires conduit plusieurs projets dans le sens de l'évaluation des conditions de détention de même que l'amélioration des conditions de vie des prisonniers. Le seul droit que perd le prisonnier, c'est la liberté d'aller et venir provisoirement mis en parenthèses. Obligation est faite à l'État de mettre les autres droits en œuvre.

 

La section de Bouaké qui n'entend pas rester en marge de cette politique a entrepris depuis des années des visites dans les prisons de Bouaké. Le président Doumbia Amara, de la section de Bouaké, dont le dynamisme n'est plus à démontrer, a avec ses camarades de lutte entrepris une action humanitaire avec en faveur des prisonniers.

 

Le Conseil d'Administration du MIDH salue cette abnégation éprouvée de la plus vielle section de l'intérieur et encourage les autres à faire de même. On peut entrer dans une prison sans faute comme on peut l'être en toute responsabilité de cause.

 

Les prisons en Côte d'Ivoire sont loin d'être des hôtels à une étoile. Or la prisonnier doit être un lieu de correction et non un lieu de déshumanisation.  Il est bon de rappeler qu’à cette date, la Maison d’arrêt et de correction de Bouaké (MACB) comptait 415 détenus dont 13 femmes. Il est bon de noter également l’arrivée d’un nouveau régisseur.

 


ALG

Retour