FLASH INFOS :
AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Le contexte des droits de l'homme est de plus en plus exigeant. Nous devons être à la hauteur à travers un engagement croissant et une expertise de qualité. Me DOUMBIA Yacouba ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : En avant pour la professionnalisation de notre mouvement dans l'union et la fraternité. Me DOUMBIA Yacouba. PCA MIDH ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Vous avez joué un rôle incommensurable dans l'essor des droits de l'homme en Côte d'Ivoire. Vous pouvez en tirer une légitime fierté. Prste de la CNDH-CI ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Je voudrais vous exprimer ma fierté d'appartenir à une telle famille. Notre mobilisation témoigne de notre espérance en l'Homme. Me TRAORE Drissa Prsdt Honneur ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Me DOUMBIA Yacouba reconduits aux commandes du MIDH pour un mandat de trois ans. ::. Droit à l'éducation : La Division droit à l'éducation du MIDH a rencontré Mme Flore Pallardy, dans la continuité de son plaidoyer sur les frais complémentaires dans le privé laic ::. CI-Elections 2015 : Le MIDH participe à la formation sur le monitoring des violations des droits de l'homme en période électorale à la CNDH-CI. ::. MIDH Présentation du rapport sur les frais complementaires dans les privés laics : Article 25 de la Convention État- Promoteur d'établissement privé: ...les affectés dans me privé conventionné sont à la charge de l’État. ::. Cote d'Ivoire - Droit à l'Education : le MIDH salue la décision sur l'école obligatoire et attend beaucoup du Gouvernement quant aux moyens de réalisation. ::. Cote d'Ivoire - Droit à l'Education : L'école rendue obligatoire de 6 à 16 ans dès la rentrée. Prdt Alassane Ouattara. ::.

LETTRES OUVERTES

06/03/2002

DECLARATION N°21 DU MIDH : Lettre ouverte à Madame le Ministre des Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale

DECLARATION N°21 DU MIDH

 

Nos Réf. : ID/BA/014/06-03-2002

 

 

Objet : Lettre ouverte à Madame le Ministre des

            Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale

 

 

Madame le Ministre,

 

Par diverses interventions dans la presse les 26 et 27 février 2002, vous faisiez un bilan du travail effectué par votre ministère dans le cadre de l’indemnisation des victimes des événements politiques d’octobre 2000.

 

Permettez que nous portions à votre connaissance des éléments à même de nuancer le bilan satisfaisant auquel vous concluez un peu hâtivement.

 

Comme vous le savez, les victimes des événements d’Octobre 2000 ont subi leurs préjudices au cours de deux manifestations successives : les premières exigeaient le départ du défunt régime militaire les 24 et 25 Octobre 2000, les dernières demandaient les 25 et 26 Octobre 2000, la reprise des élections présidentielles, celles-ci  étant de loin les plus nombreuses, aussi bien prises globalement que par type de préjudices.

 

Or, vous constaterez que sur la somme de 699 252 000 F que vous annoncez avoir déjà distribuée à 1 083 victimes, seulement un montant de 41 500 000 F est revenu à 43 victimes de cette deuxième catégorie. Et sur la somme de 974 000 000 F que vous prévoyez de distribuer au total, à ce jour, 57 000 000 F seulement reviendront aux victimes retenues de cette deuxième catégorie.

 

Après que les victimes des événements de Décembre 2000 aient été écartées du droit à l’indemnisation, c’est avec regret que nous constatons au vu de cette autre discrimination, que l’action de votre département, tout au long de cette opération d’indemnisation, n’a pas su être une action de solidarité nationale.

Elle fait penser au contraire à une action de ségrégation qui ne paraît voir dans les victimes de la deuxième catégorie que des adversaires politiques auxquels il ne faut faire aucune concession.

 

Or votre ministère, plus que les autres, devrait se placer au-dessus des clivages politiques, pour être au devant de l’œuvre de reconstruction de l’unité et de la solidarité nationale.

 

Le M I D H vous appelle à revoir avec le Gouvernement le traitement de cette opération d’indemnisation afin d’en faire un facteur de réconciliation nationale.

 

Veuillez agréer Mme le Ministre, l’expression de notre considération distinguée. 

 

Abidjan, le 06 Mars 2002

                                                                      Pour le MIDH

       Le  Vice-Président

Maître Ibrahima DOUMBIA