FLASH INFOS :
Projet MIDH/OMCT : Séminaires d’approfondissement des connaissances des députés et des avocats ivoiriens sur la prévention et la protection contre la torture, les 18, 19 et 20 juillet 2017 puis 25, 26 et 27 juillet 2017. ::. Vulgarisation de l'assistance judiciaire : Facebook live le mardi 11 juillet 2017 à 10h00 GMT (heure d'Abidjan). RDV sur facebook (@midhciv) ::. Projet "Amélioration de l'accès à la justice et vulgarisation de l'assistance judiciaire" : le MIDH organise ses journées portes ouvertes dans les tribunaux de Bouaké, Korhogo et Boundiali respectivement les 17, 21 et 27 juillet 2017 ::.

LETTRES OUVERTES

12/06/2013

Lettre ouverte à Madame le Ministre des Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale (Abidjan, le 06 Mars 2002)

Madame le Ministre,

 

Par diverses interventions dans la presse les 26 et 27 février 2002, vous faisiez un bilan du travail effectué par votre ministère dans le cadre de l’indemnisation des victimes des événements politiques d’octobre 2000.

 

Permettez que nous portions à votre connaissance des éléments à même de nuancer le bilan satisfaisant auquel vous concluez un peu hâtivement.

 

Comme vous le savez, les victimes des événements d’Octobre 2000 ont subi leurs préjudices au cours de deux manifestations successives : les premières exigeaient le départ du défunt régime militaire les 24 et 25 Octobre 2000, les dernières demandaient les 25 et 26 Octobre 2000, la reprise des élections présidentielles, celles-ci  étant de loin les plus nombreuses, aussi bien prises globalement que par type de préjudices.

 

Or, vous constaterez que sur la somme de 699 252 000 F que vous annoncez avoir déjà distribuée à 1 083 victimes, seulement un montant de 41 500 000 F est revenu à 43 victimes de cette deuxième catégorie. Et sur la somme de

974 000 000 F que vous prévoyez de distribuer au total, à ce jour, 57 000 000 F seulement reviendront aux victimes retenues de cette deuxième catégorie.

 

Après que les victimes des événements de Décembre 2000 aient été écartées du droit à l’indemnisation, c’est avec regret que nous constatons au vu de cette autre discrimination, que l’action de votre département, tout au long de cette opération d’indemnisation, n’a pas su être une action de solidarité nationale.

Elle fait penser au contraire à une action de ségrégation qui ne paraît voir dans les victimes de la deuxième catégorie que des adversaires politiques auxquels il ne faut faire aucune concession.

 

Or votre ministère, plus que les autres, devrait se placer au-dessus des clivages politiques, pour être au devant de l’œuvre de reconstruction de l’unité et de la solidarité nationale.

 

Le M I D H vous appelle à revoir avec le Gouvernement le traitement de cette opération d’indemnisation afin d’en faire un facteur de réconciliation nationale.

 

Veuillez agréer Mme le Ministre, l’expression de notre considération distinguée. 

 

      Abidjan, le 06 Mars 2002

Le Vice-président

Maître Ibrahima DOUMBIA