FLASH INFOS :
AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Le contexte des droits de l'homme est de plus en plus exigeant. Nous devons être à la hauteur à travers un engagement croissant et une expertise de qualité. Me DOUMBIA Yacouba ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : En avant pour la professionnalisation de notre mouvement dans l'union et la fraternité. Me DOUMBIA Yacouba. PCA MIDH ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Vous avez joué un rôle incommensurable dans l'essor des droits de l'homme en Côte d'Ivoire. Vous pouvez en tirer une légitime fierté. Prste de la CNDH-CI ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Je voudrais vous exprimer ma fierté d'appartenir à une telle famille. Notre mobilisation témoigne de notre espérance en l'Homme. Me TRAORE Drissa Prsdt Honneur ::. AG du MIDH du samedi 8 octobre 2016 : Me DOUMBIA Yacouba reconduits aux commandes du MIDH pour un mandat de trois ans. ::. Droit à l'éducation : La Division droit à l'éducation du MIDH a rencontré Mme Flore Pallardy, dans la continuité de son plaidoyer sur les frais complémentaires dans le privé laic ::. CI-Elections 2015 : Le MIDH participe à la formation sur le monitoring des violations des droits de l'homme en période électorale à la CNDH-CI. ::. MIDH Présentation du rapport sur les frais complementaires dans les privés laics : Article 25 de la Convention État- Promoteur d'établissement privé: ...les affectés dans me privé conventionné sont à la charge de l’État. ::. Cote d'Ivoire - Droit à l'Education : le MIDH salue la décision sur l'école obligatoire et attend beaucoup du Gouvernement quant aux moyens de réalisation. ::. Cote d'Ivoire - Droit à l'Education : L'école rendue obligatoire de 6 à 16 ans dès la rentrée. Prdt Alassane Ouattara. ::.

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

02/06/2015

Éducation nationale: Examens à grand tirage de fin d'année

Côte d’IvoireÉducation nationale.Examens de fin d’année  à grand tirage: Tous pour des examens propres et crédibles. L’État de Côte d’Ivoire doit marteler les règles de transparence et appeler tous les apprenant-e-s et les acteurs impliqués dans l’organisation et la réussite des examens à leur sens du devoir et de responsabilité en évitant des actes de racket et de corruption.

 

Abidjan, Yamoussoukro ; Daloa ; Bouaké ; Korhogo ; Gagnoa, Sans Pedro,le 2 juin 2015 –  Les examens de fin d’année à grands tirages ont véritablement débuté le mardi dernier avec l’entrée en compétition des cadets candidat-e-s au Certificat d’Étude Primaire Élémentaire (CEPE) en prélude à l’orientation en classe de sixième. Depuis le 2 juin 2015, les candidat-e-s au brevet d’Étude (BEPC) on entamé les oraux dans les langues dites étrangères en attendant les épreuves écrites programmées pour le 9 juin 2015 sur toute l’ensemble du territoire national. Le Baccalauréat est quant à lui prévu pour les semaines à venir. Chaque année, ces différents examens sont émaillés d’irrégularités diverses. Ils ont en partage des allégations récurrentes et persistantes de fraudes, de racket et de corruption tant de la part des examinateurs que des candidats ou de leurs parents. Cette année encore, des allégations de racket et de corruption, à l’orée des examens ont inondé la ville. Des enseignants véreux dont la période constitue une opportunité de se faire des sous font des offres indécentes à des candidat-e-s moyennant monnaie sonnante et trébuchante contre des notes illégalement majorées, donc imméritées « Le Gouvernement qui a toujours fait preuve de fermeté face à ces pratiques, doit redoubler de vigilance en rappelant à l’envi, à qui veut l’entendre, les dispositions administratives et pénales en la matière de même que les règles de transparences auxquelles nul n’est autorisé à y déroger. Toute personne qui s’écarterait de cette interdiction doit subir la rigueur de la loi. Nous voulons des examens propres pour nos enfants et des diplômes de qualité qui leur ouvrent de meilleurs horizons et de meilleures possibilité d’insertion sociale.» a déclaré Maître DOUMBIA Yacouba Président du Conseil d’administration du MIDH.La sensibilisation en pareil situation doit être décuplée pour prévenir toute sorte de comportement centrifuge et déviant. « Les apprenant-e-s, leurs parents de même que tous les acteurs impliqués dans l’organisation et la réussite des examens doivent se rappeler leur devoir et responsabilité  pour prévenir des actes de racket et de corruption. Les apprenant-e-s ont ici une occasion pour démontrer qu’ils ont beaucoup appris durant l’année scolaire.» a affirmé le responsable de la division chargé du droit à l’éducation du MIDH ; M. Abdel Latif GANIYOU.

 

Contact presse : 09909015/07252600

Site : www.midhci.org

 

Télécharger ce communiqué : | Taille : 180.16 Ko